Transformer les miracles de la science en réalité pour les patients dans le monde

Transformer les miracles de la science en réalité pour les patients dans le monde

Brendan O’Callaghan, Vice-Président des Affaires Industrielles Globales, nous a parlé du travail des équipes Affaires Industrielles dans le monde et de leurs enjeux pour répondre à la diversification du portefeuille des traitements d’aujourd’hui et de demain de Sanofi. Il évoque la stratégie numérique des opérations de production globales, et ainsi rendre possible la réalisation des «miracles de la science » qui contribuent à la transformation de la médecine au profit des patients. 

Q. Comment décririez-vous le rôle des affaires industrielles au sein d’une compagnie pharmaceutique ?

R. Nous sommes responsables de la production et de la distribution de médicaments destinés aux patients du monde entier. Nous disposons d’un réseau conséquent de plus de 65 sites dans 30 pays, qui approvisionnent un total de 140 pays dans le monde.

Dès lors que nos collègues de la recherche découvrent un nouveau médicament, ils élaborent une première procédure de production. Notre mission est ensuite de transférer cette technologie sur notre réseau de production à grande échelle. De cette façon, nous pouvons lancer le médicament ou vaccin, obtenir son autorisation auprès des autorités règlementaires, et développer la capacité de production nécessaire afin de répondre à la demande pour ces traitements sur le réseau global que nous fournissons.

Q. Quel impact le COVID-19 a-t-il eu sur votre cap ou approche concernant les opérations ? A-t-on pu constater une émergence des changements spécifiques particulièrement significatifs pour l’Europe ? 

R. Je pense que la pandémie du COVID-19 a été un catalyseur qui a révélé les fragilités concernant l’innovation et les capacités de production pharmaceutiques en Europe. Nous avons appris l’importance d’assurer la résilience de la chaîne d’approvisionnement face aux chocs, notamment par la réalisation de la souveraineté sanitaire et technologique en Europe.

Il est important d’avoir une infrastructure de santé solide. La crise du COVID-19 a encouragé le développement de thérapies en un temps record, grâce au dialogue scientifique continu, qui a prouvé sa valeur pendant le développement et l’autorisation des vaccins au sein de l’Union Européenne. La gestion de crise de la pandémie du COVID-19 a démontré notre capacité à réagir avec efficacité, sans aucun compromis sur la sécurité, la qualité ou l’efficacité thérapeutique de nos produits. 

Si on observe le contexte de la pandémie du COVID-19, la technologie de l’ARN messager a été mise au premier plan pour répondre rapidement aux besoins de santé publique. Cette découverte technologique est issue en grande partie de laboratoires de recherches situés en Europe, ce qui prouve que nous possédons sur place les capacités d’innovation scientifique. 

Cependant, le défi à relever pour l’Europe consiste à trouver les moyens d’exploiter et de développer cette capacité d’innovation scientifique. C’est l’occasion de voir comment nous pouvons fédérer, dans le domaine de la santé au sens large, toutes ces capacités d’innovation. Je pense qu’il est important pour l’Europe de définir une vision sur le long terme, afin que nous puissions alimenter et interconnecter l’ensemble de l’écosystème de santé. Si nous ne parvenons pas à mobiliser les compétences pour créer de l’innovation, nous risquons de retarder le progrès scientifique et manquer à notre mission d’obtenir de meilleurs services de santé publique. 

Q. Sanofi a récemment réalisé des investissements importants sur son réseau industriel. Quels sont les investissements dont vous êtes le plus fier en Europe ? 

R. Il y a beaucoup de choses dont nous pouvons être fiers chez Sanofi. Nous sommes l’un des fabricants pharmaceutiques les plus importants d’Europe, avec environ deux tiers de notre capacité de production mondiale basée ici. Nous possédons plus de 40 sites de production sur le continent, dont 18 rien qu’en France. Ces sites couvrent toutes les étapes de la fabrication de médicaments : du principe actif jusqu’au dosage final.

Aujourd’hui, nous sommes très fiers de dire que Sanofi dispose de toutes ces capacités sur toutes ses plateformes technologiques. Nous investissons de manière continue dans les installations de nos sites industriels, représentant un investissement global estimé à plus d’un milliard d’euros par an. 

Mais le plus est important, c’est que nous investissons dans le futur, pour être à la pointe en matière de technologie et d’innovation, nous aidant ainsi à être plus productif et plus performant. 

Par exemple, nous avons annoncé que nous allons investir dans deux unités de production, appelées EVF (Evolutive Vaccine Facility). La première sera située en France et l’autre à Singapour. Cela établira un nouveau standard de production, qui sera à la fois flexible et applicable à grande échelle pour les molécules les plus complexes, les médicaments biologiques et les vaccins. 

Ces sites de production nous accorderont une plus grande flexibilité pour passer d’un type de produit à un autre au sein de la même unité. Nous pourrons ainsi satisfaire les besoins de nos laboratoires de recherche scientifique, tout en étant capables de répondre rapidement aux besoins d’une population croissante de patients. 

Mais pour répondre plus précisément à votre question, ce dont je suis le plus fier, ce sont les femmes et les hommes qui, chaque jour, travaillent au service de la découverte, du développement et de la réalisation des miracles scientifiques. Tous ces efforts permettent aux patients en Europe et dans le monde entier de vivre plus longtemps et en meilleure santé.

Q. Notre monde place les avancées numériques au cœur de ses priorités. Pouvez-vous nous expliquer la feuille de route digitale des affaires industrielles de Sanofi ? 

R. Le progrès exponentiel des connaissances et de la compréhension de la biologie sont en train de créer de nouvelles voies pour la science et pour l’innovation dans nos laboratoires. Nous assistons actuellement à une évolution des modes de production. Nous entrons dans l’ère d’une approche plus personnalisée des soins de santé. Nous devons nous tourner vers des capacités de production où nous pourrons rapidement passer de la production d’un traitement à un autre.

La concrétisation de ce but reposera sur notre capacité à automatiser et à numériser, tout en nous assurant de recueillir les données nécessaires pour mieux analyser nos procédures, afin d’optimiser l’accès des médicaments aux patients du monde entier et de les produire d’une façon fiable et plus performante. 

Dans ce sens, nous avons récemment annoncé un partenariat avec McLaren, avec qui nous unissons nos forces en matière de technologie, de traitement et d’analyse des données pour accélérer nos performances de production, et avec qui nous créons des standards d’excellence à échelle mondiale. La Formule 1 est un secteur qui incarne l’innovation dans un environnement compétitif et de haute performance, basé sur le travail d’équipe, où les marges entre le succès et l’échec sont très minces. 

Nous travaillons avec les équipes de McLaren spécialisées en ingénierie de précision et analyse de données, afin de recueillir toutes les datas qui proviennent de nos outils de production. Le but est d’optimiser les performances de notre chaine de production en s’appuyant sur le traitement des données, incluant le « Machine Learning » et l’intelligence artificielle. Nous nouons ce partenariat avec un objectif clair : étendre l’accès de nos médicaments et vaccins à encore plus de patients dans le monde. 

Q. Il y a un an, Sanofi annonçait son engagement pour œuvrer activement à une planète plus écologique. Quels sont vos objectifs et actions principales dans ce domaine ? 

R. Je pense que nous sommes quotidiennement témoins des impacts du changement climatique et nous comprenons tous l’urgence d’y répondre. Chez Sanofi, en tant qu’entreprise de santé dédiée à l’amélioration de la qualité et longévité de la vie des patients, nous prenons très au sérieux notre responsabilité qui est de minimiser notre impact sur l’environnement et sur les communautés locales où nous opérons. 

C’est la raison pour laquelle nous nous sommes engagés à réaliser une neutralité carbone sur toutes nos opérations avant 2030 et à atteindre l’objectif zéro émission nette avant 2050. Dans ce contexte, nous avons l’ambition d’utiliser 100% d’électricité renouvelable sur nos sites à échelle mondiale avant 2030. C’est un objectif ambitieux. Pour l’atteindre, nous avons renforcé la mobilisation des équipes et nous nous attelons à la tâche, avec nos partenaires technologiques, pour identifier les innovations qui nous permettront d’accélérer la progression vers cet objectif.  

Je pense que la situation actuelle en Europe, avec les circonstances tragiques en Ukraine, nous rappelle l’importance de la priorité de la neutralité carbone et surtout à devenir plus performants dans notre utilisation des ressources naturelles et énergétiques. 

Pour conclure :

À propos de Sanofi

Nous sommes une entreprise mondiale de santé, innovante et animée par une vocation : poursuivre les miracles de la science pour améliorer la vie des gens. Nos équipes, présentes dans une centaine de pays, s’emploient à transformer la pratique de la médecine pour rendre possible l’impossible. Nous apportons des solutions thérapeutiques qui peuvent changer la vie des patients et des vaccins qui protègent des millions de personnes dans le monde, guidés par l’ambition d’un développement durable et notre responsabilité sociétale.

Sanofi est cotée sur EURONEXT: SAN et NASDAQ: SNY

The post Transformer les miracles de la science en réalité pour les patients dans le monde appeared first on Politico.

Loading...