Un kit de photographe pour sortir d’une ornière créative

Pour les photographes, la créativité est la différence entre une belle photo et une belle photo. Mais que se passe-t-il si vous ne vous sentez pas très créatif ? C’est à ce moment-là que j’aime plonger dans ce que j’appelle mon « kit créatif de photographe », un tas de choses différentes à essayer.

Cela peut signifier utiliser des accessoires, tirer parti des options de menu uniques de mon appareil photo, essayer différentes techniques d’exposition (comme une faible profondeur de champ) ou simplement quelque chose dont je me souviens qu’un autre photographe faisait bien. Voici quelques exemples de la façon dont j’ai utilisé ce kit créatif lors de l’atelier de quatre jours que j’ai récemment dirigé dans le nord de la Géorgie.

Parfois, être créatif signifie être capable de voir au-delà des problèmes évidents. Lorsque nous avons fait une randonnée dans Cherokee Falls au parc d’État de Cloudland Canyon, c’était assez contrasté en raison du plein soleil d’un côté et de l’ombre épaisse de l’autre.

Nikon Z 9, exposition manuelle, balance des blancs Natural Auto, ISO 64, 1/2 seconde à f/22 en mesure matricielle, +0,3 EV, objectif Nikkor Z 14-30 mm f/4 S à 16 mm.

Cependant, comme je l’ai dit au groupe, la plupart des caméras d’aujourd’hui peuvent avoir une plage dynamique énorme lorsqu’elles sont utilisées à des ISO faibles. Cela signifie que si vous exposez pour protéger les hautes lumières, vous avez de bonnes chances de surmonter ce problème par la suite lors de l’édition.

Voici cette même image, éditée dans Adobe Camera RAW, récupérant les hautes lumières surexposées en haut à droite et ramenant les détails dans les zones sombres :

Nikon Z 9, exposition manuelle, balance des blancs Natural Auto, ISO 64, 1/2 seconde à f/22 en mesure matricielle, +0,3 EV, objectif Nikkor Z 14-30 mm f/4 S à 16 mm.

Cet arbre à l’ombre, sur un fond ensoleillé, a attiré mon attention. Mais pour qu’il se démarque vraiment, j’avais besoin d’un objectif à ouverture rapide. C’est pourquoi j’emporte souvent avec moi un objectif rapide et « normal ». Les modèles f/1.4 peuvent être assez grands (et chers), mais les f/1.8 ou f/2.0 sont beaucoup plus petits (et moins chers).

Nikon Z 9, priorité à l’ouverture, balance des blancs Natural Auto, ISO 64, 1/2500 à f/2 en mesure matricielle, -0,7 EV, objectif Nikkor Z 40 mm f/2.

Si j’essaie de voyager léger, mais que je pense que je pourrais vouloir faire des gros plans, j’apporterai un ou deux tubes d’extension. Ils sont petits, légers et peu coûteux, et peuvent transformer presque n’importe quel objectif ordinaire en objectif gros plan. Vous aurez une plage de mise au point plus limitée, mais pour une utilisation occasionnelle, ils sont parfaits.

Cet Iris était au Finster’s Paradise Garden, le deuxième arrêt de notre premier jour.
C’est la paire de Tubes prolongateurs Meikepour les appareils photo Nikon Z, que j’ai apporté en Géorgie.

J’ai tendance à photographier (ou à traiter) en noir et blanc si la scène devant moi a un aspect ancien ou si la couleur est mauvaise. C’était aussi au Finster’s Paradise Garden :

Nikon Z 6, priorité à l’ouverture, balance des blancs ensoleillée, ISO 100, 1/200 à f/11 en mesure matricielle, -0,3 EV, objectif Nikkor Z 14-30 mm f/4 S à 15 mm.

Mes appareils photo offrent une fonction d’exposition multiple intégrée, que j’utilise parfois tout en zoomant l’objectif pendant que je prends des photos. Il s’agit d’une exposition de sept images où j’ai fait exactement cela, d’un ruban au cimetière de Myrtle :

Nikon Z 9, priorité à l’ouverture, balance des blancs ensoleillée, ISO 1000, 1/320 à f/4 en mesure matricielle, -0,3 EV, objectif Nikkor Z 24-120 mm f/4 S à 63 mm.
Voici mon menu d’exposition multiple, qui me permet de prendre de 2 à 10 images et me donne également des options sur la façon dont l’appareil photo fusionne ces images.

Voici une autre photo à exposition multiple que j’ai prise à Barnsley Gardens and ruins, cette fois en utilisant la fonction « Overlay » offerte par mon appareil photo (l’option « fantômes » de la première photo dans le viseur, pour m’aider à mieux composer lors de la création de l’image) :

Nikon Z 9, exposition manuelle, balance des blancs ensoleillée, ISO 200, 1/800 à f/8 en mesure matricielle, -0,7 EV, objectif Nikkor Z 24-120 mm f/4 S à 75 mm.

Il y a une quinzaine d’années, j’ai fait convertir une de mes caméras à l’infrarouge, et j’ai fait cela sur quelques autres caméras depuis lors. Lorsque j’ai acheté mon Nikon Z 6 II, j’ai envoyé mon Z 6 d’origine pour conversion afin de faire des photos infrarouges en « fausses couleurs » comme celle-ci, à Barnsley Gardens :

Nikon Z 6, priorité à l’ouverture, balance des blancs prédéfinie, ISO 100, 1/160 à f/11 en mesure matricielle, +1,0 EV, objectif Nikkor Z 14-30 mm f/4 S à 17 mm.

Nous avons passé environ quatre heures à Vieille Voiture Ville États-Unis, et je savais qu’une photo que je voulais faire serait prise en plongée. N’ayant pas de drone ou d’échelle haute, j’ai simplement monté l’appareil photo sur mon trépied entièrement déployé et je l’ai tenu en l’air.

Pour prendre les photos, j’ai réglé le retardateur sur dix secondes, puis je suis allé plus loin dans les réglages pour qu’il prenne cinq images à trois secondes d’intervalle. De cette façon, je pouvais déplacer le trépied entre les prises de vue pour m’assurer d’en avoir au moins une avec la composition que je voulais.

Nikon Z 9, manuel, balance des blancs automatique naturelle, ISO 200, 1/250 à f/5,6 en mesure matricielle, +0,3 EV, objectif Nikkor Z 14-30 mm f/4 S à 18 mm.
Ici, j’utilise mon trépied de voyage Peak Designs comme drone du pauvre. Photo de Michael Schwarz.
Le menu retardateur de mon appareil photo me permet de choisir un délai de deux à vingt secondes, de prendre de 1 à 9 images et d’avoir un délai entre ces images pouvant aller jusqu’à trois secondes.

Je suis un grand fan de la prise de vue à main levée car je peux travailler plus rapidement et obtenir le cadrage exact que je veux avec moins de problèmes. Mais même avec une excellente stabilisation d’image, lorsque je veux prendre des photos avec une petite ouverture et une sensibilité ISO faible, ce qui entraîne une vitesse d’obturation très lente, je prends le temps de placer mon trépied au bon endroit.

Nikon Z 9, priorité à l’ouverture, balance des blancs Natural Auto, ISO 64, 1/2 seconde à f/16 en mesure matricielle, -1,7 EV, objectif Nikkor Z 14-30 mm f/4 S à 15 mm.

Après quelques heures à errer seuls dans les hectares de Old Car City USA, nous nous sommes rencontrés pour un cours flash facultatif que j’ai présenté. Pour avoir moins de lumière dans le ciel (pour que le flash puisse rivaliser), j’avais payé un supplément pour que notre groupe reste plus tard. Cela, combiné avec un flash Godox AD200 sur le côté, permet de créer des photos comme celle-ci :

Nikon Z 9, exposition manuelle, balance des blancs Natural Auto, ISO 100, 1/200 à f/9, objectif Nikkor Z 14-30 mm f/4 S à 14 mm.

Voici à quoi ressemblait cette scène quelques minutes plus tôt, en utilisant uniquement la lumière disponible :

Nikon Z 9, priorité à l’ouverture, balance des blancs Natural Auto, ISO 64, 1/80 à f/7,1 en mesure matricielle, -0,3 EV, objectif Nikkor Z 24-120 mm f/4 S à 24 mm.

Et voici une partie du groupe, essayant un angle différent avec la lumière dans une nouvelle position :

En explorant le site historique d’État de New Echota, j’ai décidé de tirer parti de la fonction d’empilement de mise au point de mon appareil photo (« Focus Shift », comme l’appelle Nikon). Avec l’appareil photo sur trépied, je lui fais alors prendre une série de photos de près à loin, et les assemble ensuite dans le logiciel Helicon Focus. Cela me donne une image plus nette avec plus de profondeur de champ que ce que je pourrais obtenir autrement, même en prenant la plus petite ouverture.

Nikon Z 9, priorité à l’ouverture, balance des blancs automatique, ISO 125, 1/2 seconde à f/5,6 en mesure matricielle, -0,3 EV, objectif Nikkor Z 24-120 mm f/4 S à 84 mm.
Voici le menu « Focus shift » que j’ai utilisé pour créer la photo du cadenas.

Lors d’un voyage paysage, j’emporte toujours quelques filtres. Ici, au même endroit, j’ai décidé d’utiliser le filtre à densité neutre à dix arrêts. Cela, combiné avec mon trépied, m’a permis de faire une exposition qui montrait à la fois le mouvement des nuages ​​et les branches des arbres soufflant dans la brise.

Nikon Z 9, exposition manuelle, balance des blancs Natural Auto, ISO 64, 60 secondes à f/22, objectif Nikkor Z 14-30 mm f/4 S à 26 mm.

Nous avons organisé du temps privé dans la grotte du parc Rolater à Cave Springs, en Géorgie. Cela nous a donné la liberté d’installer quelques Lume Cubes, d’éteindre les lumières installées et de faire des photos comme celle-ci dans le cadre d’une démonstration de light painting que j’ai dirigée.

Nikon Z 9, exposition manuelle, balance des blancs Natural Auto, ISO 500, 10 secondes à f/5, objectif Nikkor Z 14-30 mm f/4 S à 21 mm.
Voici à quoi ressemblait la grotte sous l’éclairage qui s’y trouvait. Les désactiver nous a permis de faire quelque chose de spécial.

Nous avions également prévu d’être au collège Old Mill du Berry après le coucher du soleil pour une autre séance de light painting. J’ai utilisé un panneau Lume, caché derrière un arbre, pour éclairer la roue à aubes. Puis un Lume Cube au sol devant la maison pour l’éclairer, un à gauche pour éclairer l’arbre vert à côté, et un autre petit panneau derrière le bâtiment pour le séparer de l’arrière-plan.

Nikon Z 9, exposition manuelle, balance des blancs ensoleillée, ISO 4000, 30 secondes à f/4,5, objectif Nikkor Z 14-30 mm f/4 S à 19 mm.

Notre dernière matinée a été passée à Gibbs Gardens, un grand et spectaculaire jardin botanique. Toujours à la recherche de quelque chose d’un peu différent, j’ai opté pour cette réflexion, qui avait un côté impressionniste.

Nikon Z 9, priorité à l’ouverture, balance des blancs ensoleillée, ISO 100, 1/100 à f/5,6 en mesure matricielle, -0,7 EV, objectif Nikkor Z 24-120 mm f/4 S à 103 mm.

Le tournage final de notre semaine était à Amicalola Falls. Trouvant cette scène avec un bon point focal (le rocher) et un peu de couleur, j’ai de nouveau sorti le trépied et le filtre à densité neutre à dix arrêts pour un look classique « d’eau cotonneuse ».

Nikon Z 9, exposition manuelle, balance des blancs ensoleillée, ISO 100, 2,5 secondes à f/8, objectif Nikkor Z 24-120 mm f/4 S à 94 mm.

A propos de l’auteur: Reed Hoffmann est un photographe et professeur de photographie qui travaille dans l’industrie de la photo depuis des décennies et qui a utilisé tous les reflex numériques Nikon (et enseigné la plupart d’entre eux). Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que l’auteur. Suivez les derniers ateliers d’Hoffmann ici. Vous pouvez également trouver plus d’œuvres et d’écritures d’Hoffmann sur son site internet, Facebook, Instagramet Twitter. Cet article a également été publié ici.


Crédits image : Illustration d’en-tête basée sur la photo de Depositphotos

.

Loading...