J. Robert Oppenheimer a étouffé une pétition de 70 scientifiques implorant le président Truman de ne pas utiliser la bombe atomique. Lisez-le ici. – DNyuz

J. Robert Oppenheimer stifled a petition by 70 scientists beseeching President Truman not to use the atomic bomb. Read it here.

Les 6 et 9 août 1945, les États-Unis ont largué des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, au Japon, tuant au moins 100 000 personnes sur le coup et des milliers d’autres de maladies et de blessures causées par les radiations, selon le Musée des Archives nationales.

Trois semaines plus tôt, Leo Szilard et des dizaines d’autres scientifiques qui travaillaient sur le projet Manhattan avaient signé une pétition adressée au président Harry Truman, le suppliant de reconsidérer le largage des bombes qu’ils avaient contribué à créer.

« Opposition pour des raisons morales »

Alors que les bombes mettraient probablement fin à la guerre, ils ont estimé « que de telles attaques contre le Japon ne pouvaient être justifiées » jusqu’à ce que le Japon soit informé de l’arme et ait la possibilité de se rendre. Soixante-dix scientifiques, pour la plupart des sites du projet Chicago Met Lab et Tennessee Oak Ridge, ont apposé leur signature.

« Je pense personnellement qu’il serait important qu’un grand nombre de scientifiques qui ont travaillé dans ce domaine déclarent clairement et sans équivoque leur opposition pour des raisons morales à l’utilisation de ces bombes dans la phase actuelle de la guerre. », a écrit Szilard dans le lettre de motivation de la pétition.

La pétition n’incluait pas les noms des scientifiques de Los Alamos, au Nouveau-Mexique, car ils n’avaient pas eu la chance de signer, Edward Teller, l’un des scientifiques du projet Manhattan, dit plus tard.

J. Robert Oppenheimer, directeur du laboratoire de Los Alamos, a persuadé Teller de ne pas distribuer la pétition. « Oppenheimer m’en a dissuadé, disant qu’en tant que scientifiques, nous n’avons pas à nous mêler de pressions politiques de ce type », a déclaré Teller.

Mais Teller aussi écrit à Szilard à l’époque, « les choses sur lesquelles nous travaillons sont si terribles qu’aucune protestation ou manipulation politique ne sauvera nos âmes ».

Truman n’a pas vu la pétition avant d’ordonner le largage des bombes, selon le Fondation du patrimoine atomique. Szilard demandé l’autorisation rendre la pétition publique fin août 1945, mais il n’a pas été déclassé depuis plus d’une décennie.

Doutes à Los Alamos

Mais Oppenheimer a dit des années plus tard, en 1961, qu’il ne portait pas le largage des bombes sur sa conscience, tous ceux qui travaillaient à Los Alamos ne ressentaient pas cela. Certains étaient en conflit, surtout après la mort d’Adolf Hitler en avril 1945.

« Pour moi, Hitler était la personnification du mal et la principale justification du travail sur la bombe atomique », a déclaré le physicien de Los Alamos, Emilio Segrè. a écrit plus tard. « Maintenant que la bombe ne pouvait plus être utilisée contre les nazis, des doutes ont surgi. Ces doutes, même s’ils n’apparaissent pas dans les rapports officiels, ont été évoqués dans de nombreuses conversations privées.

Lis le pétition complète des scientifiques du projet Manhattan et leurs noms (fournis par le biographe de Szilard Gène Dannen) dessous.

La pétition du projet Manhattan demandant au président Truman de ne pas bombarder le Japon

UNE PÉTITION AU PRÉSIDENT DES ÉTATS-UNIS

17 juillet 1945

Des découvertes dont le peuple des États-Unis n’est pas au courant pourraient affecter le bien-être de cette nation dans un proche avenir. La libération de la puissance atomique qui a été réalisée place les bombes atomiques entre les mains de l’armée. Cela place entre vos mains, en tant que commandant en chef, la décision fatidique d’autoriser ou non l’utilisation de telles bombes dans la phase actuelle de la guerre contre le Japon.

Nous, les scientifiques soussignés, avons travaillé dans le domaine de l’énergie atomique. Jusqu’à récemment, nous avions à craindre que les États-Unis soient attaqués par des bombes atomiques au cours de cette guerre et que leur seule défense réside dans une contre-attaque par les mêmes moyens. Aujourd’hui, avec la défaite de l’Allemagne, ce danger est écarté et nous nous sentons obligés de dire ce qui suit :

La guerre doit être rapidement menée à bonne fin et les attaques à la bombe atomique peuvent très bien être une méthode de guerre efficace. Nous estimons, cependant, que de telles attaques contre le Japon ne pouvaient être justifiées, du moins pas avant que les conditions qui seront imposées après la guerre contre le Japon aient été rendues publiques en détail et que le Japon ait eu la possibilité de se rendre.

Si une telle annonce publique donnait l’assurance aux Japonais qu’ils pouvaient espérer une vie consacrée à la poursuite pacifique dans leur patrie et si le Japon refusait toujours de se rendre, notre nation pourrait alors, dans certaines circonstances, se trouver forcée de recourir à l’utilisation de bombes atomiques. Une telle démarche, cependant, ne doit être faite à aucun moment sans considérer sérieusement les responsabilités morales qui sont impliquées.

Le développement de l’énergie atomique fournira aux nations de nouveaux moyens de destruction. Les bombes atomiques dont nous disposons ne représentent qu’un premier pas dans cette direction, et il n’y a presque aucune limite à la puissance destructrice qui deviendra disponible au cours de leur développement futur. Ainsi, une nation qui crée un précédent en utilisant ces forces de la nature nouvellement libérées à des fins de destruction peut avoir à assumer la responsabilité d’ouvrir la porte à une ère de dévastation à une échelle inimaginable.

Si, après la guerre, on laisse se développer dans le monde une situation qui permet à des puissances rivales d’être en possession incontrôlée de ces nouveaux moyens de destruction, les villes des États-Unis ainsi que les villes des autres nations seront continuellement menacées annihilation. Toutes les ressources des Etats-Unis, morales et matérielles, peuvent être mobilisées pour empêcher l’avènement d’une telle situation mondiale. Sa prévention relève actuellement de la responsabilité solennelle des États-Unis, distingués par leur avance dans le domaine de l’énergie atomique.

La force matérielle supplémentaire que cette avance donne aux États-Unis entraîne l’obligation de retenue et si nous devions violer cette obligation, notre position morale serait affaiblie aux yeux du monde et à nos propres yeux. Il nous serait alors plus difficile d’assumer notre responsabilité de maîtriser les forces de destruction déchaînées.

Compte tenu de ce qui précède, nous, soussignés, demandons respectueusement : premièrement, que vous exerciez votre pouvoir en tant que commandant en chef, pour décider que les États-Unis ne doivent pas recourir à l’utilisation de bombes atomiques dans cette guerre à moins que les termes qui seront imposées au Japon ont été rendues publiques en détail et le Japon, connaissant ces conditions, a refusé de se rendre ; deuxièmement, que dans un tel cas, la question d’utiliser ou non des bombes atomiques soit décidée par vous à la lumière de la considération présentée dans cette pétition ainsi que de toutes les autres responsabilités morales qui sont impliquées.

Voici tous ceux qui ont signé

La poste J. Robert Oppenheimer a étouffé une pétition de 70 scientifiques implorant le président Truman de ne pas utiliser la bombe atomique. Lisez-le ici. est apparu en premier sur Interne du milieu des affaires.

Loading...